Mantes-la-Ville : des propriétaires condamnés à… démonter leur portail

Mehdi Gherdane
Mantes-la-Ville, mercredi. Ces habitants sont poursuivis par le syndic de copropriété pour avoir érigé des portails ou des murs devant leur pavillon

Le règlement de la copropriété du Domaine de la Vallée interdit d’aménager les jardins situés devant les pavillons. Dénoncés par des voisins, des habitants qui l’ignoraient sont condamnés à détruire clôture, abris de jardin ou allée en béton.


Niché sur les hauteurs de Mantes-la-Ville, le quartier du Domaine-de la-Vallée aligne les pavillons proprets, aux jardins bien entretenus et aux arbres taillés. Et pourtant, quand on y regarde de plus près, un détail intrigue : certains pavillons ne possèdent ni portail, ni clôture. Car ici, c’est illégal. Le règlement de cette immense copropriété de 912 logements interdit en effet toute construction dans les « parties communes ». Les habitants sont bien propriétaires de la maison, du jardin arrière mais… pas de l’avant, considéré comme un « espace commun ». Ceux qui l’oublient sont poursuivis devant les tribunaux. En colère, certains habitants ont décidé de créer un collectif de défense.

Nadia, dont les parents ont acheté en 2002, confie ainsi avoir été condamnée au début du mois à une astreinte de 150 € par jour si elle ne détruisait pas l’allée en béton de son jardin. Elle a pourtant récemment démoli le portail, le mur de clôture et l’abri de jardin. Mais ce n’est pas suffisant.

Autre cas de figure, celui de Naïma : « J’ai acheté en 2011. Dans l’acte de vente signé devant notaire figure un garage annexe qu’on me demande aujourd’hui de détruire », peste cette mère de famille. Propriétaires depuis 1976, les parents d’Hasna ont, eux, érigé une véranda, après avoir obtenu l’autorisation municipale. Cela aussi doit aujourd’hui être détruit.

Le cahier des charges est pourtant accessible à tout le monde et le statut de copropriété de ce quartier est connu. Ces propriétaires ne remettent d’ailleurs pas en cause la légalité du règlement dont elles ignoraient jusque-là la rigidité et les subtilités juridiques. Mais ils s’interrogent sur la méthode employée. « Dans la plupart du temps, la présidente de la copropriété est avertie grâce à (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Mantes-la-Jolie : nouvelle nuit de tension au Val Fourré
Mantes-la-Ville : Deux blessés graves sur l’A13
Limay : brûlés par de l’huile moteur à 150 °C
Mantes-la-Jolie : les policiers encore pris pour cible au Val-Fourré
Mantes-la-Jolie : le résultat du recours contre Michel Vialay toujours pas connu

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages