« Tu me manques terriblement » : Laura Smet adresse un message déchirant à Johnny Hallyday

·1 min de lecture

Ce jeudi 12 novembre 2020, Laura Smet est d’humeur nostalgique. La fille unique de Nathalie Baye a utilisé son compte Instagram pour rendre hommage à son papa. Elle a dévoilé une ancienne photo en noir et blanc d’elle et de Johnny Hallyday, sur laquelle on remarque leurs similitudes physiques. "Tu me manques terriblement", écrit l’actrice de 36 ans, en ajoutant trois emojis cœur. Dans un peu moins d’un mois, ce sera le troisième triste anniversaire de la mort du rockeur.

Voilà peut-être une des raisons pour lesquelles Laura Smet semble si bouleversée actuellement. De plus, le 7 octobre dernier, l’épouse de Raphaël Lancrey-Javal a accouché de son premier enfant, un petit garçon prénommé Léo Jean Didier, que son père ne connaîtra malheureusement jamais. Elle a ainsi choisi un prénom très symbolique puisque Léo était le deuxième prénom de Johnny Hallyday, tandis que Jean fait référence à son véritable prénom Jean-Philippe et Didier est le prénom du papa de l’époux de Laura Smet. Quoi qu’il en soit, la jeune maman peut compter sur la présence de sa propre mère, ou encore de son demi-frère David Hallyday. Fin octobre, Nathalie Baye s’est confiée à nos confrères de Madame Figaro sur son nouveau rôle de grand-mère. Heureuse mais lucide, elle a révélé son intention de ne pas être trop étouffante.

"Je n’aime pas envahir la vie de ma fille et de son mari. Je trouve insupportable la mère qui est tout le temps là et qui se mêle de tout. À partir du moment où notre enfant est entré dans l’âge (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Plastic Bertrand rescapé d'une vie d'excès: "J'étais à deux doigts d'un truc dramatique"
Flashback - Carla Bruni Sarkozy à propos de Cécilia Attias : "Je ne connais pas les jalousies du passé"
Didier Raoult, "un charlatan" ? Il est traîné en justice
VIDEO - Eric Dupond-Moretti mal à l'aise : cette séquence qui a fait rire le ministre
"Une propagande complotiste" : Coralie Dubost scandalisée par un documentaire sur le Covid-19