Publicité

"Ils manquent de tout" : de retour de Gaza, des médecins déplorent une "situation désespérée"

Imane Maarifi, infirmière, et Raphaël Pitti, médecin anesthésiste-réanimateur, sont rentrés mardi 6 février d'une mission de deux semaines à l'hôpital européen de Khan Younès, ville du sud de la bande de Gaza. Pour France 24, ils racontent le quotidien de l'établissement transformé en camp de déplacés, surpeuplé, et où une règle s'impose : "Faire l'économie de tout". Un symbole de la catastrophe humanitaire en cours dans l'ensemble de l'enclave palestinienne.

C'est un désastre humanitaire", "le chaos le plus total". Pendant seize jours éprouvants, Imane Maarifi, une infirmière de 37 ans, et Raphaël Pitti, anesthésiste-réanimateur, accompagnés de cinq autres médecins français en coordination avec l'association PalMed Europe, se sont rendus dans la bande de Gaza pour prêter main-forte au personnel de l'hôpital européen, situé à quelques kilomètres de Khan Younès.

Dès les premiers jours de la guerre, des milliers de Gazaouis avaient rejoint cette ville du sud de l'enclave pour fuir les combats au nord. Depuis plusieurs semaines, elle est cependant devenue le centre des affrontements entre l'armée israélienne et le Hamas, et les bombardements y sont quotidiens, laissant de nombreux déplacés livrés à eux-mêmes.

​​​​​​


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
L'hôpital européen de Gaza sous les bombes : "la situation est chaotique"
La population "meurt de faim" à Gaza, dénonce un responsable de l'OMS
Israël dit avoir démantelé la brigade du Hamas à Khan Younès