Manque de vaccins, hausse des contaminations: l’épidémie de Covid-19 s’aggrave en Iran

·2 min de lecture

Le nombre des morts et des personnes contaminées à presque doublé depuis un mois en Iran. Un effet direct des congés du Nouvel An iranien ou des millions de gens se sont déplacés à travers le pays, transportant avec eux la souche britannique.

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

En quelques jours, la moitié des villes d'Iran sont passées en situation rouge ou orange à cause des déplacements du Nouvel An. La souche britannique s'est répandue comme une traînée de poudre à travers les provinces et le nombre des morts est en forte hausse.

« Nous avions en moyenne 15, 20 ou 25 morts avant. Tout d'un coup, ce chiffre a augmenté. Il y a deux jours, nous avons eu 58 morts, ce qui est très inquiétant », a témoigné Saïd Kal, le responsable du grand cimetière de Téhéran, à la télévision d'État.

L'une des principales raisons de cette hausse soudaine est que le gouvernement n'a pas interdit les déplacements intérieurs pendant les congés de Norouz et des millions d'Iraniens ont voyagé à travers le pays. De même, le nombre des gens qui ne respectent pas les consignes de distanciation physique ou le port du masque a fortement augmenté.

Manque de vaccins

Sépideh, une Iranienne d'une quarantaine d'années, ne cache pas son inquiétude. « Je suis allée à l’hôpital pour prendre les résultats de mon père qui a eu le Covid récemment. Et à l’hôpital, la situation était vraiment catastrophique. Il y avait tellement de monde qui venait faire le test pour le coronavirus. »

Le pays manque cruellement de vaccins. Un peu moins de deux millions de doses sont arrivés dans le pays. Plusieurs compagnies ont également commencé des tests pour produire des vaccins, soit avec l'aide de Cuba et de la Russie ou en Iran même, mais cela mettra plusieurs mois avant qu'on arrive à une production en masse.

À lire aussi : En Iran, la vaccination contre le Covid-19 se fait attendre