Manque de moyens dans les hôpitaux face au coronavirus : "On ne peut pas parler de colère" pour l’instant, "s'il doit y avoir des discussions, elles devront avoir lieu après"

franceinfo

Alors que les hôpitaux notamment sont submergés par l'afflux ininterrompu de malades du coronavirus depuis deux semaines, on entend déjà des soignants qui demandent des comptes au gouvernement. Des plaintes ont été déposées contre plusieurs ministres quand d’autres demandent à l’exécutif de publier les commandes de matériel, de masques et de respirateurs, depuis le début de cette crise sanitaire pour vérifier si le gouvernement l'a bien anticipée ou si, au contraire, il a laissé filer.

DIRECT. #OnVousRépond : posez vos questions sur le coronavirus et le confinement

Selon le docteur Charles Lecerf, chef du service de réanimation à l'hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine), "il y a évidemment une inquiétude et des interrogations mais actuellement on ne peut pas parler de colère. Il faut surtout parler de mobilisation, d'inquiétude et de besoin d'un soutien général", a-t-il expliqué sur franceinfo samedi 28 mars.

franceinfo : Vous reste-t-il encore des lits en réanimation ?

Charles Lecerf : La plupart des hôpitaux ont occupé complètement leurs lits installés de réanimation et de soins intensifs. Ils se réorganisent en concentrant tous les moyens humains et matériels pour ouvrir de nouveaux lits de réanimation. Ainsi, la plupart des établissements, que ce soit les hôpitaux privés ou publics, ont à peu près doublé leur capacité de lits de réanimation. Il y a bien sûr une limite, essentiellement matérielle mais aussi humaine. Des efforts considérables (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi