Le manque de main-d'oeuvre pèse sur la reprise

·2 min de lecture

Les employeurs de nombreux secteurs peinent à recruter.

La vigueur de la reprise sur le front de l’emploi, avec un taux de chômage revenu à 8% au deuxième trimestre selon l’Insee, soit son niveau d’avant la crise, s’accompagne de difficultés à embaucher.

Ces dernières, récurrentes dans le monde agricole, sont cette année décuplées. Pour cueillir les cerises, moissonner le blé, ou récolter le raisin, les bras font défaut. Alors que, en 2020, 1,07 million de contrats de saisonniers avaient été signés, ils ne seraient plus cette année que 950000, selon la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire. Son vice-président, Jérôme Volle, estime que 50000 à 70000 salariés n’ont pas été trouvés: « Les aléas climatiques, le gel et l’excès de pluie, ont amoindri les quantités à récolter, néanmoins la fermeture des frontières a eu un impact sur la venue des travailleurs étrangers et les examens de fin d’année tardifs ont empêché les étudiants de venir en juin. » Dans la restauration et l’hôtellerie, Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants (GNI), parle d’un « énorme problème », qu’il résume ainsi: «Nous avons 250000 postes à pourvoir tous métiers confondus, deux fois plus qu’avant le Covid.» Il ne compte plus ses collègues qui ferment une ou deux journées de plus leur restaurant dans la semaine ni ceux qui condamnent un étage entier de leur hôtel. Le BTP, qui regroupe selon l’enquête annuelle de Pôle emploi les métiers les plus en tension – charpentiers, couvreurs et géomètres –, se heurte aux mêmes problèmes. Le président de la Fédération française du bâtiment, Olivier Salleron, insiste sur «les 60000 créations nettes d’emploi depuis janvier, un niveau record». Pour lui, le ralentissement des embauches depuis avril, s’explique « par la prudence des chefs(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles