Manque de masques: "pas de polémique" mais...

Nabil Touati

POLITIQUE - En pleine épidémie du Covid-19, pourquoi la France manque-t-elle autant de masques protecteurs? “Pas de polémique” répliquent en chœur le ministre de la Santé et ses prédécesseurs, tout en alimentant entre les lignes la controverse, chacun donnant l’impression de renvoyer vers l’autre la responsabilité de la pénurie.

Dans un premier temps, Olivier Véran a affirmé que “le masque dans la population en général n’est pas utile”. Selon le ministre de la Santé, sa distribution à grande échelle ne commencerait à montrer son efficacité contre la propagation du virus uniquement si “au moins 60% de la population portait un masque en permanence”, comme il l’a encore répété ce dimanche 22 mars sur RTL et LCI. Mais face au mécontentement grandissant, notamment du personnel soignant, Olivier Véran commence depuis quelques jours à développer un autre argument.

“L’heure n’est pas à la moindre polémique ou la volonté de rejeter la faute sur tel ou tel, il y a 7, 8 ou 10 ans. Sincèrement, ce n’est pas le sujet” a averti le ministre ce dimanche. Pourtant, lors d’un point presse et devant les députés, Olivier Véran n’a pas hésité à remonter dans le temps afin d’identifier les causes de la pénurie actuelle.

Ses prédécesseurs dans le viseur? “Quels que soient les processus de décision ayant conduit à ce que les stocks ne soient pas renouvelés dans la durée, toujours est-il que ces stocks se sont réduits année après année, de sorte que lorsque le Covid-19 est apparu, il ne restait un stock d’État que de 117 millions de masques chirurgicaux pour adultes et un stock stratégique d’État en masques FFP2”, a-t-il déclaré lors d’une allocution télévisée samedi.

“Il y a eu jusqu’à un milliard de masques de stock d’État. Un milliard de masques de stock d’État !” avait aussi martelé le ministre de la Santé en réponse à une députée socialiste le 19 mars. Et d’expliquer qu’“il a été décidé en 2011 et en 2013 que ce milliard de stock d’État n’était plus indispensable tant les capacités de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post