"Il manque au moins un millier de sages-femmes dans les hôpitaux publics" en France, assure l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes

franceinfo
·1 min de lecture

Les sages-femmes se mobilisent mercredi 24 février en France pour leurs salaires et la reconnaissance de leur métier. Invité de franceinfo, Willy Belhassen, sage-femme et vice-président de l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF) estime qu'il "manque au moins un millier" de professionnels en France. Il affirme que le métier de sage-femme subit "une triple peine" liée au genre.

franceinfo : Quelle est la raison de cette mobilisation qui dure ?

Willy Belhassen : Les raisons sont multiples. On a une vraie problématique d'effectif, notamment dans les hôpitaux, avec des normes qui datent de 1998 et qui ne sont pas du tout adaptées à la réalité de l'activité aujourd'hui. Il manque au moins aux alentours d'un millier de sages-femmes dans les hôpitaux publics. La situation est différente suivant les établissements, mais aujourd'hui, des collègues à l'hôpital sont en surcharge en permanence. Elles gèrent de l'urgence et uniquement de l'urgence, ce qui ne leur laisse pas le temps d'accompagner plus humainement ce temps particulier de la naissance et de l'accouchement. Cela a des conséquences très délétères avec certaines femmes qui vivent des violences qui ne sont pas volontaires de la part du corps médical, mais qui sont quand même vécues de cette manière-là. Ce sont des violences institutionnelles, c'est-à-dire que lorsque vous avez cinq ou six patientes à gérer simultanément et que vous faites au plus vite, vous n'avez pas forcément le temps d'expliquer la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi