Manipulation ou aveux? Cédric Jubillar brouille les pistes

·3 min de lecture

Cédric Jubillar aurait confié à plusieurs personnes où il aurait enterré le corps de son épouse Delphine, disparue depuis un an. La défense parle d'humour noir.

"J'ai l'impression qu'il se sent pousser des ailes à cause de la médiatisation." C'était au mois de juin dernier, Séverine L., la nouvelle compagne de Cédric Jubillar, parlait en des termes peu flatteurs de ce dernier. La femme de 44 ans, qui affiche un soutien sans faille depuis à son compagnon, décrivait alors une personnalité "bipolaire", "manipulatrice". Autant d'adjectifs qui jettent le trouble sur les récentes déclarations de Cédric Jubillar.

Selon le témoignage d'un ancien co-détenu de la maison d'arrêt de Seysses, l'artisan plaquiste aurait confié à plusieurs personnes l'endroit où il aurait enterré le corps de Delphine Jubillar, disparue depuis maintenant un an. Malgré son placement à l'isolement, Cédric Jubillar évoque alors précisément auprès de cet homme "une ferme où il y a eu un incendie".

"Une plaisanterie"

Les confessions du co-détenu, jugées crédibles par les enquêteurs, ont notamment justifié le placement en garde à vue mercredi dernier de Séverine L., la nouvelle compagne de Cédric Jubillar, à qui il aurait fait les mêmes confidences. Libérée au bout de 36 heures d'audition, elle avait convaincu les gendarmes en affirmant ne pas savoir où se trouvait le corps de la victime.

"On sait très bien que dans de nombreuses affaires, les enquêteurs peuvent avoir des suspicions sur telle ou telle personne en fonction de l’attitude qu’elles peuvent avoir", faisait valoir Me Johann Ricci, l'avocat de Séverine L.

Dans ce dossier, la défense plaide l'humour noir pour justifier ces déclarations. "Cédric dit toujours des trucs sur le ton de la rigolade, comme pour l'histoire de la ferme qui a brûlé. Il m'avait dit qu'il avait mis Delphine là-bas, mais c'était encore une fois en plaisantant... Il a toujours eu un comportement bizarre", confiait ce week-end sa nouvelle compagne dans une interview à La Dépêche du Midi. Les enquêteurs ont toutefois saisi à son domicile des lettres écrites par Cédric Jubillar en prison pour les analyser afin de vérifier qu'il n'y a pas de messages codés.

Des manipulations

Dans une conversation datant de mai dernier, Cédric Jubillar avait déjà jeté le trouble sur sa participation à la disparition de son épouse.

"N'oublie pas que j'ai commis le crime parfait", avait-il déclaré à sa demi-sœur Enola, selon une écoute téléphonique révélée par BFMTV.

Sa défense évoquait alors des éléments pris "hors contexte", connus depuis longtemps par les enquêteurs, sur lesquels leur client n'avait jamais été interrogé.

"Il ressort de manière évidente de cette écoute téléphonique que ces propos étaient dits dans le ton de l'ironie", faisait valoir Me Emmanuelle Franck, l'avocate de Cédric Jubillar.

Pour les proches de Delphine Jubillar, il ne fait aucun doute que le principal suspect dans cette affaire manipule les enquêteurs. "Il se présente comme la personne étant la plus connue du Tarn. Il est grisé par cette notoriété soudaine, dont il jouit pleinement", rappelle Mourad Battikh, avocat de l'oncle et la tante de la jeune infirmière.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Affaire Delphine Jubillar : ce que se sont dit Cédric Jubillar et sa mère lors de leur confrontation

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles