Des manifestations partout en France contre les violences sexistes

L'an passé, #NousToutes avait rassemblé 50 000 personnes à Paris (photo d'illustration). - Credit:Thomas SAMSON / AFP

Des milliers de personnes sont attendues dans les rues de Paris et partout en France ce samedi pour réclamer une « loi-cadre » en matière d’agressions sexuelles.

La mobilisation ne faiblit pas. Cinq ans après l'émergence du mouvement #MeToo, près de 90 associations, syndicats ou partis de gauche appellent à un « raz-de-marée dans la rue pour crier notre colère » face aux violences sexistes et sexuelles, qui « trouvent racine dans le patriarcat », samedi 19 novembre. Des dizaines de milliers de personnes sont ainsi attendues à Paris et dans toute la France pour dénoncer les dysfonctionnements de la justice en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Elles entendent réclamer une « loi-cadre » contre « l'impunité » des agresseurs.

« Les institutions ne sont pas à la hauteur », dénoncent les organisatrices. Dans les commissariats, les tribunaux ou au sein des partis politiques, « les derniers mois ont prouvé à quel point la parole des victimes de violences de genre était remise en cause », s'insurgent-elles. « Ce qui nous met en colère, c'est l'impunité des agresseurs et le mauvais traitement réservé aux victimes » lorsqu'elles déposent une plainte, explique à l'Agence France-Presse (AFP) Maëlle Noir, membre de #NousToutes, qui coordonne l'organisation des défilés.

« On ne cesse de nous répéter que la justice doit faire son travail, mais quel travail ? On ne peut pas reprocher à la victime de ne pas porter plainte si elle sait que ça ne mènera nulle part », s'insurge la militante.

À LIRE AUSSI : Les derniers mots de Guillaume, symbole du #MeTooGay

Les associations réclament plus de budget et une loi-cadre

P [...] Lire la suite

VIDÉO - Corinne Leriche, maman de Julie, la jeune femme qui accuse 20 pompiers de Paris de l'avoir violée : "Julie va mal. Elle veut mourir"