Manifestations en Géorgie : "Je n’ai pas peur, je reviendrai tant que la loi russe ne sera pas rejetée"

Les Géorgiens ont à nouveau envahi samedi les rues de Tbilissi pour protester contre la volonté du gouvernement prorusse de faire voter par le Parlement – où il détient la majorité – un projet de loi sur "l’influence étrangère". À la veille d’une semaine cruciale qui pourrait voir l’adoption définitive du texte, les manifestants ont à nouveau exprimé leur détermination que la Géorgie se tourne vers l’Europe et non vers Moscou.

Après la semaine sainte de la Pâque orthodoxe, synonyme de vacances scolaires en Géorgie, les manifestations reprennent à Tbilissi. Après les mobilisations spectaculaires qui se sont succédé en avril et les violentes confrontations avec la police début mai, les manifestants sont au rendez-vous samedi 11 mai, une fois de plus, malgré la pluie. Selon les nombreux journalistes géorgiens présents, au moins 100 000 personnes sont descendues dans les rues de la capitale – 50 000 selon des chiffres de Reuters.

Comme lors des précédents rassemblements, la "Gen Z" (la "génération Z", les jeunes nés entre 1997 et 2010, avec la révolution numérique) est en tête de cortège. Du haut de ses 16 ans, Natalia tient une pancarte où l’on peut lire : "Le présent ne nous épargne pas, mais l’avenir est à nous".


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
En Géorgie, les intimidations et menaces visant des responsables d’ONG se multiplient
Manifestations en Géorgie : les raisons de la colère
En Géorgie, des milliers de manifestants rassemblés pour dire "non à la dictature russe"