Manifestations au Nigeria: les autorités durcissent le ton face aux débordements

·3 min de lecture

Après des débordements violents en marge des manifestations contre les brutalités policières et pour la bonne gouvernance, qui ont lieu depuis plus de dix jours, les autorités ont notamment décrété un couvre-feu à Lagos. Les manifestants qui avaient choisi de braver ce décret ont été brutalement dispersés par la police dans la soirée. L'ONG Amnesty évoque plusieurs morts.

Avec notre correspondante à Abuja, Liza Fabbian

Un drapeau nigérian taché de sang, c’est l’image qui restera à l’issue de cette journée de mardi, marquée par l’intervention des forces de sécurité à Lagos. Le mouvement de la jeunesse nigériane se voulait pourtant résolument pacifique, il a finalement basculé dans le chaos.

Depuis lundi 19 octobre, ces rassemblements jusque-là pacifiques ont conduit à une impressionnante escalade de la violence. Des bandes de jeunes casseurs qualifiés de « voyous » ont détruit des véhicules, blessé voire tué des manifestants dans plusieurs villes du pays. Lundi, ils ont forcé les portes d’une prison de l’état d’Edo. Plusieurs commissariats ont également été attaqués et vandalisés à Lagos, Ibadan, et Benin City. Des heurts inter-communautaires ont également éclatés à Abuja Mais beaucoup de manifestants et d’observateurs affirment que ces jeunes sont payés par les autorités pour semer le trouble et justifier l’intervention des forces de sécurité.

Face à ces violences, les autorités nigériane ont pris ce mardi une série de mesures pour ramener le calme dans le pays. Un couvre-feu de 24 heures a notamment été décrété dans la megalopole de Lagos, qui compte 20 millions d’habitants. Sur Twitter, le gouverneur de l'État Babajide Sanwo-Olu évoque une décision « difficile », mais inévitable. Selon lui, les manifestations pacifiques se sont transformées « en monstre qui menace la cohésion sociale », a-t-il notamment déclaré. Les Etat d’Edo et d’Etiki ont également décrété un couvre-feu.

Mardi soir, l’inspecteur général de la police nigériane a annoncé un déploiement de la police anti-émeute sur tout le territoire national. L’armée, déjà présente dans les rues de la capitale Abuja depuis lundi, doit également être déployée dans tout le pays et a fait son apparition à Lagos.

Malgré ces annonces, les manifestants ont poursuivi leur sit in sur le principal péage de la capitale économique. Mais à la tombé de la nuit, ils ont été brutalement dispersés par les tirs nourris des forces de sécurité, qui sont intervenus sur place deux heures avant le début du couvre feu, fixé officiellemnt à 21 h.

les internautes nigérians toujours très actifs

Face à cette situation les autorités restent silencieuses. Pas de commentaire du côté de la présidence depuis plus d'une semaine. Silence aussi du côté de la police. Le président de l'Assemblée nationale, Femi Gbajabiamila, s'est exprimé lui devant les députés mardi. Il a affirmé qu'il ne signera pas le budget 2021 de l'Etat s'il n'inclut pas les provisions adéquates pour dédommager ceux qui ont souffert de la violence et de la brutalité de la police durant les 10 dernières années.

Si les officiels se font discrets, sur les réseaux sociaux les Nigérians sont très actifs notamment sur Twitter où le hashtag #EndSARS ou encore #EndPoliceBrutalityinNigeria est largement utilisé. « Des militaires sont en train de tuer des civils qui protestent contre les violences policières!!! » s'insurge un internaute. « Les leaders du Nigeria nous tuent. Nous avons besoin d'aide », écrit un autre. « Est-ce que demander un meilleur Nigeria pour tous est un crime ? », interroge ce troisième.

Des vidéos des violences de la soirée ont été diffusées. On y voit des tirs dans la nuit, des blessés plus ou moins graves, ainsi que des corps inanimés. L'organisation Amnesty International affirme que plusieurs manifestants ont été tués par les forces de l'ordre sans pouvoir donner de bilan précis.