Manifestations antigouvernementales en Bolivie, le président crie au "coup d'État"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le gouvernement de gauche de Luis Arce a été la cible, lundi, de manifestations dans les principales villes de Bolivie. Le chef de l'État voit dans cette mobilisation le retour d'une "conspiration antidémocratique".

L'opposition a bloqué lundi 11 octobre les rues des principales villes de Bolivie en signe de protestation contre le gouvernement de gauche du président Luis Arce, lequel affirme que ses adversaires cherchent à créer les conditions pour faire un "coup d'État". Les plus grandes manifestations ont eu lieu à La Paz, Cochabamba, Santa Cruz (est du pays), les villes les plus peuplées de Bolivie, ainsi qu'à Tarija (sud).

La police a dispersé les foules en faisant usage de gaz lacrymogène dans la capitale et à Cochabamba (centre), à un mois du premier anniversaire du début du mandat de Luis Arce. Ce dernier, 58 ans et dauphin de l'ex-président Evo Morales (2006-2019), affronte les premières protestations contre son gouvernement. Ses détracteurs l'accusent d'encourager les procès politiques et de chercher à faire passer une loi draconienne sur les fortunes.

Ce projet de loi, actuellement examiné par le Parlement, suscite la controverse : en cas d'adoption, le texte permettrait au gouvernement d'enquêter sur les biens de n'importe quel citoyen sans décision judiciaire, ce qui obligerait notamment avocats et journalistes à divulguer des informations sur leurs sources. Le président Luis Arce a quant à lui critiqué les mobilisations, assurant qu'elles cherchaient uniquement à déstabiliser son gouvernement.

"La conspiration antidémocratique n'a pas été définitivement vaincue avec les élections de l'année dernière. Elle se lève à nouveau, encourageant les troubles et la désunion entre Boliviens afin de créer les conditions d'un nouveau coup d'État", a-t-il déclaré.

Le président, qui a remporté les élections avec 55 % des voix début novembre 2020, a appelé les peuples du monde "à être vigilants, car la lutte d'un peuple est la lutte de tous les peuples". Le parti au pouvoir a affirmé à plusieurs reprises qu'il était victime de tentatives de déstabilisation.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles