Tensions avec l’Iran: sécurité renforcée et manifestations anti-guerre aux Etats-Unis

En prévision d’éventuelles représailles de Téhéran, après l'assassinat du général Souleimani cette semaine en Irak, de nombreuses villes américaines ont renforcé leur niveau d’alerte, même si les autorités assurent que rien n’indique un danger imminent. Et des manifestants se sont rassemblés pour dire non à une guerre contre l'Iran.

« Nous sommes entrés dans un monde différent. Nous devons désormais considérer que nous sommes en état de guerre. » Ce sont les mots du maire de New York, rapportés par notre correspondante à Washington, Loubna Anaki. Lors d’une conférence de presse, Bill de Blasio a annoncé un renforcement de la sécurité dans la ville, tout en assurant qu’il n’y avait pour le moment aucune menace directe de la part de Téhéran.

La ville était déjà à un niveau d’alerte élevé. Bill de Blasio promet encore plus de patrouilles dans les rues, autour des lieux sensibles ou très fréquentés comme le métro et les sites touristiques. Certains policiers seront équipés d’armes lourdes et les brigades canines seront également en soutien. Des membres de la garde nationale ont par ailleurs été déployés dans les aéroports et les gares ferroviaires.

Des mesures de sécurité ont été adoptées dans d’autres grandes villes, comme Los Angeles, Chicago ou encore Washington. Partout, les autorités insistent sur le fait que pour l’instant, rien ne laisse penser que l’Iran prépare une attaque sur le sol américain. Une information confirmée par le département de la Sécurité intérieure. Et comme d’habitude, les autorités appellent les Américains à rester vigilants, avec le fameux message « Si vous voyez quelque chose, dites quelque chose ».

« Pas de guerre contre l'Iran »

Dans ces mêmes villes de New York, Washington, Chicago ou Los Angeles, des Américains défilent aussi avec ce slogan « pas de guerre contre l'Iran ». Des rassemblements ont eu lieu samedi dans quelques 70 villes contre une escalade militaire en Iran et en faveur d'un retrait des troupes américaines d'Irak, à l'appel notamment des organisations de gauche.

► À lire aussi : Les Américains visés en Irak, Donald Trump menace l'Iran