Les manifestations du 1er-Mai à Paris : entre violences et revendications

Un rassemblement a été organisé aujourd'hui à l'appel de nombreux syndicats et d'associations pour réclamer une politique plus sociale et plus écologique à Paris. La manifestation du 1er-Mai dans la capitale a été émaillée tout au long du parcours par des affrontements entre casseurs et forces de l'ordre , des dégradations de mobilier urbain, des incendies de poubelles et le saccage de dizaines d'enseignes bancaires, agences immobilières et sociétés d'assurances. Les thèmes de la retraite ou de la santé étaient au centre des revendications des manifestants, aux profils éclectiques, que la rédaction d'Europe 1 a interrogé.

Pour Erwan, militant écologiste de 19 ans, la fête du travail est tout un symbole. "Permettre de nous redonner un peu l'espoir, de la force et pour appréhender l'avenir, les législatives et même l'ensemble de la bataille sociale et écologique du quinquennat à venir avec quelque chose de plus fort."

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

Daniel, lui, se trouvait en tête du cortège, chantant la troisième Internationale et agitant son drapeau rouge de la CGT. L'employé des finances publiques réclame plus de justice sociale. "Je suis là pour mettre la pression le 1ᵉʳ mai pour une augmentation générale des salaires, et notamment celle des fonctionnaires", a-t-il déclaré à notre micro.

Beauvau a recensé 24.000 manifestants qui ont défilé à Paris de 14h30 à 19h00. La CGT, de son côté, a revendiqué 50.000 participants. En province, B...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles