Manifestations en Équateur: les peuples autochtones maintiennent la pression sur le gouvernement

Des milliers de membres des peuples autochtones équatoriens maintiennent la pression sur le gouvernement de Guillermo Lasso. C'est le 10e jour de manifestations dans la capitale Quito en partie paralysé par les manifestants. Ils protestent contre la hausse des prix, l'octroi de concessions minières dans les territoires autochtones, l'absence d'un contrôle des prix des produits agricoles et réclament plus d'aides sociales.

Les affrontements entre les 10 000 manifestants et la police sont de plus en plus violents. En une semaine et demi, les manifestations ont fait au moins deux morts et des dizaines de blessés. La violence a donc pris le pas sur les manifestations pacifistes du début de semaine dernière. La situation est extrêmement tendue notamment depuis la mort d'un membre du peuple quechua, au sud de Quito.

Le porte-parole de la Confédération des nationalités indigènes de l'Amazonie équatorienne, Andres Tapia s'indigne de la défense de la police. « Ils affirment qu'il est mort en manipulant un engin explosif. Mais sur les vidéos, il est clair qu'il a été touché à la tête par une bombe lacrymogène ! », explique-t-il.

Des mesures qui ne passent pas du côté des manifestants. La Confédération des nationalités indigènes d'Équateur accuse le gouvernement d'avoir « du sang sur les mains ». Pour pouvoir négocier, les manifestants exigent la fin de l'état d'urgence et la démilitarisation de ces lieux de rassemblement comme la maison de la culture.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles