Manifestation pro-Trump : un sosie de Jean-Pierre Pernaut aperçu au Capitole !

·1 min de lecture

Jean-Pierre Pernaut fait toujours autant parler de lui. Le 18 décembre dernier, le journaliste a fait ses adieux à son JT de 13 heures sur TF1. Un véritable déchirement pour le mari de Nathalie Marquay qui a été remplacé par Marie-Sophie Lacarrau. Un relais qui s'est fait sans aucune fausse note puisque l'ex-journaliste de France 2 a conservé la même ligne éditoriale et connaît un grand succès d'audience. De quoi rassurer le papa de Lou et Tom qui n'a pas pris sa retraite pour autant. Jean-Pierre Pernaut a simplement voulu changer de rythme et s'essayer à d'autres projets. Outre la plateforme JPPTV, sur laquelle il évoque toujours les régions, il officie également sur LCI dans l'émission Jean-Pierre et Vous.

Toujours au cœur de l'actualité, Jean-Pierre Pernaut l'a également été malgré lui ce mercredi 6 janvier. Hier soir, les Etats-Unis ont connu un chaos total après l'invasion du Capitole par des militants pro-Trump. Alors que le Congrès des États-Unis s'apprêtait à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine, Donald Trump a tenté un dernier coup de poker. Il a ainsi appelé ses partisans à protester et il a été plus qu'entendu. De très nombreux manifestants ont ainsi semé la panique en envahissant l'immense bâtisse de Washington. Une scène surréaliste en pleine démocratie. Au total, quatre personnes sont mortes, dont une femme qui a été abattue par la police.

Alors que les images hallucinantes de partisans pro-Trump ont défilé sur toutes les chaînes d'information, (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Les Marseillais : des absents de marque au tournage de la dixième saison !
Kim Glow fait de nouvelles déclarations délirantes sur le vaccin et s'en prend au gouvernement
Tomy, le pêcheur sexy de Saint-Jacques, approché par une ministre : ce rendez-vous inattendu
Julie Zenatti violemment insultée sur Twitter : sa réponse cinglante à un internaute
"De quoi vous vous plaignez ?" : la terrible phrase d'Evelyne Pisier à ses enfants avant sa mort