Manifestation de policiers: Gérard Lanvin apporte son soutien à "la police maltraitée"

·2 min de lecture
Gérard Lanvin le mercredi 19 mai lors de la manifestation des policiers devant l'Assemblée Nationale - BFMTV
Gérard Lanvin le mercredi 19 mai lors de la manifestation des policiers devant l'Assemblée Nationale - BFMTV

L'acteur Gérard Lanvin était présent ce mercredi 19 mai lors de la manifestation de policiers organisée devant l'Assemblée nationale pour exprimer leur colère après le meurtre du brigadier Eric Masson.

Invité à prendre la parole en soutien de "cette police maltraitée", le héros de Marche à l'ombre a déclaré: "Je travaille souvent avec vous. J'ai toujours rencontré des mecs top. Je n'ai rien à dire contre la police. Tout ce qui se passe aujourd'hui, c'est une affaire politique. Ce n'est pas une affaire de police, c'est une affaire de gouvernement."

"Voilà les amis. Je n'ai rien à dire d'autre que merci d'exister pour nous et de nous protéger au risque de vos vies", a-t-il ajouté avant de s'éclipser sous la pluie.

"Sans récupération politique"

Les syndicats ont décidé d'organiser ce rassemblement deux semaines jour pour jour après le meurtre d'Eric Masson, tué sur un point de deal à Avignon. Un drame qui a ébranlé la police, déjà marquée par l'assassinat le 23 avril de Stéphanie Monfermé, agente administrative au commissariat de Rambouillet (Yvelines), par un Tunisien qui se serait radicalisé.

Selon les responsables syndicaux, beaucoup de policiers "en colère" et "écoeurés" voient dans la mort du brigadier lors de cette banale intervention un symbole des violences répétées à leur encontre, qui nécessitent une "réponse pénale" plus ferme.

Les syndicats réunis - fait assez rare - en intersyndicale espèrent une mobilisation exceptionnelle de 30.000 personnes et "sans récupération politique". "Chacun est libre d'y participer" mais "aucun responsable politique ne pourra accéder à la tribune ni s'y exprimer", ont-ils prévenu dans un communiqué commun.

Gérald Darmanin est présent, une "première" de mémoire de policiers pour un ministre de l'Intérieur, ce qui lui a valu de vives critiques de l'opposition. "Je vais leur dire que nous les aimons", a-t-il justifié sur France Inter. "Il n'y a pas de soumission à un pouvoir quelconque", a-t-il affirmé, en référence à la police. L'eurodéputé conservateur François-Xavier Bellamy a raillé un ministre qui manifeste "contre sa propre inaction".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles