Une manifestation contre le droit à l’euthanasie et l’avortement à Paris

La manifestation aurait rassemblé 20 000 personnes, selon les organisateurs.   - Credit:RICCARDO MILANI / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
La manifestation aurait rassemblé 20 000 personnes, selon les organisateurs. - Credit:RICCARDO MILANI / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

« Euthanasie, serment d'hypocrite. » Derrière une banderole de tête proclamant qu'il faut « accompagner la mort, pas la programmer », quelque 20 000 personnes, selon les organisateurs – 6 300 selon la préfecture de police , ont participé à la 17e « Marche pour la vie », dimanche 22 janvier. Ils ont rallié dans l'après-midi les Invalides au départ de Montparnasse.

La manifestation nationale est organisée chaque année autour de l'anniversaire de la loi Veil relative à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), promulguée le 17 janvier 1975. Elle est organisée par des militants s'inscrivant dans les rangs catholiques conservateurs. Cette année, les organisateurs ont mis en avant le thème de la fin de vie, objet d'un débat en vue d'une possible évolution du cadre légal, plus encore que celui de l'avortement.

« Nous nous opposons à l'euthanasie et au suicide assisté », a déclaré avant la manifestation le président de la Marche pour la vie, Nicolas Tardy-Joubert. « Alors que 26 départements français sont privés d'unités de soins palliatifs, nous pensons que la priorité politique doit être portée là », a-t-il ajouté, soulignant que « l'interdit de tuer doit rester fondamental ».

« Défendre la vie de la conception jusqu'à la mort naturelle »

Dans le cortège coloré de quelques drapeaux à fleurs de lys ou frappés du Sacré-Cœur avaient pris place de nombreux jeunes, d'autres plus âgés, parfois en famille. « On combat pour la beauté de la vie », a dit à l'Agence Franc [...] Lire la suite