Manifestation au Pakistan après l'autodafé d'un Coran en Suède

Des centaines de personnes ont manifesté mardi dans la grande ville pakistanaise de Lahore, pour protester contre l'autodafé d'un Coran par un militant d'extrême droite ce week-end en Suède.

"Honte à la Suède", ont notamment chanté les manifestants, rassemblés à l'appel de partis politiques locaux.

Dans le cadre d'une manifestation autorisée par la police suédoise à proximité de l'ambassade de Turquie, l'extrémiste de droite suédo-danois Rasmus Paludan a brûlé samedi un exemplaire du Coran, suscitant de vives protestations d'Ankara et de plusieurs capitales du monde musulman.

"Le couvert de la liberté d'expression ne peut pas être utilisé pour heurter les sentiments religieux de 1,5 milliards de musulmans dans le monde. C'est inacceptable", a réagi dimanche sur Twitter le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif.

Stockholm a déploré un acte "profondément irrespectueux" et exprimé sa "sympathie" aux musulmans en soulignant que la Constitution suédoise empêchait d'interdire ce type d'agissements, mais sans calmer la colère.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a vivement réagi lundi, déclarant que la Suède ne pouvait plus compter sur le "soutien" d'Ankara pour sa candidature d'adhésion à l'Otan après cet incident.

La Turquie bloque depuis mai l'entrée de la Suède --et celle de la Finlande-- dans l'Otan en leur reprochant d'héberger des militants et des sympathisants kurdes qu'elle qualifie de "terroristes", notamment ceux du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

La question du blasphème est particulièrement sensible au Pakistan, où même des allégations non prouvées d'offense à l'islam peuvent entraîner assassinats et lynchages.

Le pays a aussi à maintes reprises exprimé son inquiétude face à ce qu'il considère comme la hausse de l'islamophobie dans le monde.

bur-ecl/jts/cyb/lch