Une manifestation "anti-fraude" pour protester contre l'élection de Lula ? Cette vidéo date de septembre, avant le scrutin

Des images présentées comme celle d'un rassemblement "anti-fraude" après l'élection de Lula à la tête du Brésil le 30 octobre remontent en réalité à septembre. Ces images décontextualisées ont en fait été tournées le jour de la fête nationale au Brésil le 7 septembre 2022, au cours d'un rassemblement pro-Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro. Même si des manifestations de partisans du président sortant pour contester la victoire de Lula ont bien eu lieu après le scrutin, elles ont fortement diminué à partir du 3 novembre.

"DE GIGANTESQUES MANIFESTATIONS ANTI-LULA, ANTI-FRAUDE CONTINUENT À ÉCLATER AU BRÉSIL". Depuis début novembre, plusieurs publications sur Twitter partagent la vidéo d'un rassemblement, qu'ils présentent comme une manifestation contre le nouveau président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva (dit "Lula").

Alors que le candidat de gauche a été élu le 30 octobre face au candidat d'extrême-droite et désormais ancien président Jair Bolsonaro, ce rassemblement se serait tenu dans les premiers jours de novembre pour contester le résultat de l'élection présidentielle.

"Au Brésil, les manifestations anti-Lula anti-fraude, continuent", affirment aussi plusieurs posts sur Facebook depuis début novembre, en français comme en anglais. D'autres posts s'indignent par ailleurs du manque de couverture médiatique d'un tel événement. "Comment est-ce possible d'occulter ce genre d'information ici au Québec ????", dénonce un tweet d'un compte québecois partagé près de 2000 fois.

Tweet partageant la vidéo décontextualisée d'une manifestation pro-Bolsonaro (capture d'écran du 9 novembre 2022)

Une vidéo datant de septembre

Dans les jours qui ont suivi l'élection de Lula le 30 octobre, des milliers de partisans du candidat d'extrême-droite ont bien manifesté, notamment devant des lieux de commandement militaire dans une douzaine de villes brésiliennes comme Sao Paulo et Brasilia pour réclamer l'intervention de l'armée après la défaite de leur candidat.

Même scénario à Rio de Janeiro le 2 novembre, où des milliers de manifestants chantaient devant le commandement militaire : "Lula, voleur, ta place est en prison", comme l'ont rapporté une dépêche de l'AFP et plusieurs médias brésiliens. De nombreuses routes avaient aussi été bloquées dans tout le pays pour dénoncer le résultat de l'élection.

Mais la vidéo partagée ces derniers jours, qui montre bien une manifestation de dizaines de milliers de soutiens de Bolsonaro à Rio de Janeiro, date en réalité du 7 septembre. L'équipe d'AFP Factuel a retrouvé la vidéo d'origine grâce à la méthode de la recherche d'images inversée, utilisée à partir d'une capture d'écran de la vidéo.

Cette vidéo avait été partagée à l'origine dans un tweet publié par un compte brésilien le 11 septembre 2022, qui précisait que cette manifestation s'était tenue le 7 septembre 2022, jour de la fête nationale au Brésil.

Les images montrent en effet un rassemblement pro-Bolsonaro célébrant les 200 ans de l'indépendance du pays à Rio de Janeiro. L'événement avait été couvert à l'époque par de nombreux médias, comme l'AFP, qui avait parlé d'une "marée jaune et verte" sur la plage de Copacabana dans une dépêche publiée le jour de l'événement.

Sur Twitter, l'ingénieur en cybersécurité Baptiste Robert, qui travaille sur la détection de fausses informations en ligne, a retrouvé la même vidéo d'origine grâce à cette méthode, comme expliqué dans une série de tweets publiés le 7 novembre.

Comme il est possible de l'observer sur les captures d'écran ci-dessous, les deux vidéos, partagées par le tweet d'origine du 7 septembre et par un tweet publié après l'élection, sont de même durée et apparaissent identiques : la grande grue tenant un drapeau brésilien est par exemple présente sur les deux vidéos, tandis que l'on retrouve les mêmes groupes de couleur dans la foule.

Capture d'écran du tweet d'origine publié le 11 septembre, à 18 secondes dans la vidéo (capture d'écran du 9 novembre 2022) ( Nathan GALLO)

Capture d'écran d'un tweet publié le 4 novembre, à 18 secondes dans la vidéo (capture d'écran du 9 novembre 2022)

 

 

Plusieurs photos prises lors de cet événement le 7 septembre par plusieurs médias viennent aussi confirmer que cette vidéo s'est bien tenue avant l'élection.

C'est notamment le cas d'une des photos prises par un journaliste de l'AFP présent sur place, qui présente aussi des similitudes avec les images diffusées dans la vidéo partagée ces derniers jours, comme la grue portant le drapeau brésilien.

Photo datant du 7 septembre d'une manifestation pro-Bolsonaro, le jour du 200e anniversaire de l'Indépendance, sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro ( AFP / CARL DE SOUZA)

A l'époque, l'événement avait été largement couvert par la presse internationale. De nombreux médias français et internationaux, comme Franceinfo, Le Monde ou l'agence américaine Associated Press, avaient notamment couvert l'événement.

Jair Bolsonaro "autorise la transition" avec Lula et demande la levée des barrages

Jair Bolsonaro, toujours président en exercice du Brésil jusqu'au 1er janvier 2023, avait fait planer le doute sur une éventuelle contestation de la victoire de Lula dans les jours suivant les résultats.

Si le candidat perdant n'a pas reconnu explicitement sa défaite et n'a pas félicité son adversaire pour sa victoire, son chef de cabinet a assuré qu'il avait "autorisé la transition" avec le futur gouvernement de gauche.

Le 3 novembre, Bolsonaro s'est aussi exprimé dans une courte vidéo publiée sur les réseaux sociaux, pour demander à ses partisans de "dégager" les axes routiers où ils avaient érigé des barrages depuis le début de la semaine, comme expliqué dans cette dépêche AFP, qui note aussi qu'à "Rio de Janeiro, jeudi matin (3 novembre, NDLR), il ne restait qu'une dizaine d'irréductibles devant une caserne militaire, dont certains avaient passé la nuit sous des tentes".

Jair Bolsonaro a néanmoins qualifié de "légitimes" les manifestations devant des casernes et autres lieux de commandement militaire, qui ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes mercredi (2 novembre) dans une douzaine de villes brésiliennes.

Au 5 novembre, les barrages routiers dressés par des manifestants refusant d'accepter la défaite de Jair Bolsonaro avaient pratiquement disparu et seules quelques dizaines d'irréductibles continuaient de protester devant des casernes, selon une autre dépêche AFP.

Le dernier décompte de la Police fédérale des routes (PRF) faisait état de seulement 5 barrages dans deux des 27 Etats du pays, et aucun d'entre eux n'empêchait totalement la circulation de véhicules.

Un soutien du président Jair Bolsonaro manifeste à Rio de Janeiro le 2 novembre 2022. Des milliers de soutiens se sont rassemblés devant les bâtiments de l'armée brésilienne pour demander une intervention militaire face à la victoire de Lula. ( AFP / Andre Borges)