Manifestation à Bordeaux pour défendre l'instruction à domicile

·2 min de lecture
Fin de l'enseignement à la maison et école obligatoire des 3 ans, à Bordeaux des paretns ont manifesté contre ce samedi
Fin de l'enseignement à la maison et école obligatoire des 3 ans, à Bordeaux des paretns ont manifesté contre ce samedi

Une centaine de personnes a défilé samedi à Bordeaux contre la mesure visant pour la rentrée 2021 à rendre obligatoire l'école dès trois ans et donc à supprimer l'instruction à domicile dans le cadre du projet de loi renfoçant la laïcité.

La centaine de manifestants accompagnés de leurs enfants ont défilé de l'hôtel de ville jusqu'au rectorat en scandant "non, non, non à l'école de Macron. Oui,oui,oui à l'école de la vie", a constaté une journaliste de l'AFP.

"C'est bien que le gouvernement tente de trouver les enfants sortis des radars, mais les notres sont dans les radars", a expliqué Raphaëlle Verdaine Siorat, mère de six enfants et organisatrice de la manifestation.

"Nous sommes régulièrement contrôlés par l'inspection académique et la mairie. On ne comprend pas que cette liberté pour tous soit supprimée", a-t-elle justifié. L'enseignement à la maison ou "instruction en famille" (IEF) "n'est pas une marginalisation", a insisté Mme Verdaine Siorat, citant en exemple sa fille ainée ayant obtenu son baccalauréat "avec mention".

Parmi les manifestants, Perrine, 15 ans, portant une pancarte sur laquelle est inscrit "le choix du mode d'instruction est un choix de vie", a suivi un enseignement à la maison de ses six ans à ses douze ans. "Chaque enfant doit avoir le droit de choisir", estime-t-elle. "A douze ans j'ai voulu entrer au collège, c'était un choix", ajoute-elle. Son frère de 19 ans, lui, a continué l'école à la maison.

Thierry et Emilie Pioz ont fait le même choix depuis trois ans pour leurs quatre enfants de 8, 12, 15 et 17 ans qui "n'étaient pas biens dans le système". "Si cette nouvelle loi s'applique on va laisser nos enfants en souffrance", selon Thierry Pioz, T-Shirt "touche pas à mon instruction" sur le dos.

"Ca nous blesse, ça nous enlève une qualité de vie pour les enfants", ajoute son épouse. "On profite du séparatisme radical pour obliger les parents à envoyer les enfants à l'école mais tous les terroristes ont été à l'école de la République. Le problème ne vient pas de là", selon elle.

L'enseignement à l'école dès 3 ans fait partie de mesures phare du projet de loi "renforçant la laïcité". A compter de la rentrée 2021, la scolarisation à domicile sera "strictement limitée, notamment aux impératifs de santé" et l'instruction deviendra donc obligatoire au sein de l'école dès l'âge de 3 ans.

kap/cb