Manifestant amputé d’un testicule : une enquête est ouverte et la police des polices a été saisi

© Patrick Cockpit / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Ce lundi, une enquête a été ouverte pour violences par personne dépositaire de l'autorité publique et confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices. Lors de la manifestation contre la réforme des retraites , le 19 janvier dernier, un homme de 26 ans a été lourdement blessé. En cause : un coup de matraque reçu par un policier. À la suite de ce coup, le manifestant, un ingénieur franco-espagnol vivant en Guadeloupe, a dû être amputé d’un testicule.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon son récit rapporté par son avocate Me Lucie Simon à l’AFP dimanche, l’homme de 26 ans a d'abord été jeté au sol par un policier. Sur des clichés circulant sur les réseaux sociaux et des vidéos diffusées notamment par BFMTV et AB7 Média. On y voit un autre policier donner un coup de matraque à l'entrejambe du jeune homme, toujours au sol, tenant un appareil photo dans une main. Après l'avoir frappé, le policier repart. La scène s'est déroulée au moment de heurts entre manifestants et forces de l'ordre, près de la place de la Bastille .

Les faits se sont produits, selon la préfecture de police, « dans un contexte d'extrême violence et dans le cadre d'une manœuvre de police pour interpeller des individus...


Lire la suite sur LeJDD