La mangrove, un écosystème en danger !

·2 min de lecture

Des chercheurs se sont intéressés à l'impact de l'ouragan Irma sur les mangroves dans le sud-ouest de la Floride. Les fortes tempêtes expliqueraient en partie le dépérissement de ces forêts tropicales.

"La mangrove est une forêt qui se développe dans les zones côtières des régions tropicales et subtropicales", décrit à l'AFP François Fromard, directeur de recherche au CNRS. Jouant un rôle de tampon entre écosystème marin et terrestre, sa survie dépend de sa capacité à convertir efficacement l'eau salée en eau douce. Dans une étude publiée dans la revue s une équipe de chercheurs, en partenariat avec l'université international de Floride et la Nasa, se sont penchés sur le dépérissement de cet écosystème stupéfiant.

La mangrove, un puits de carbone phénoménal

Les mangroves sont composées en grande partie d'arbres aux longues racines et au bois dense à croissance rapide, appelés palétuviers. Ce sont ces caractéristiques qui en font des puits de carbone (CO) spectaculaires. En effet, leur stockage de carbone est trois à cinq fois supérieur à celui des autres forêts. Le biochimiste australien Daniel M Alongi, dans son livre Carbon sequestration in mangrove forests, publié en 2012 dans la maison d'édition internationale , explique que chaque année les mangroves absorbent 13,5 gigatonnes (Gt) de CO, soit 14% de la séquestration océanique.

Les palétuviers sont à l’origine d’une forte production de litière (feuilles, branches et troncs morts) dont une partie est enfouie par la sédimentation ou par les crabes. Le carbone piégé dans les sédiments océaniques peut être stocké pendant plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires, selon Justine Delangue, chargée de mission pour l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Certaines mangroves d’Indonésie, par exemple, stockent plus de 1.000 tonnes (t) de carbone par hectare dans leur sol, d'après une étude publiée en 2011 dans Nature. Cependant, les mangroves sont en danger, leur superficie diminue d’environ 1% par an. En moins de 50 ans, c'est près de 25% des mangroves qui ont été détruites. Pour cette raison, des chercheurs du département des études côtières de l'Université de Caroline de l'Est se son[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles