Manger du poisson d'eau douce nous expose à des polluants chimiques

Une étude menée aux États-Unis par les scientifiques du Environmental Working Group (EWG), une ONG environnementale américaine, indique que manger une portion de poisson d'eau douce par an équivaudrait à boire de l'eau concentrée en PFOS, un polluant persistant et toxique, à hauteur de 48 parties par billons (ppt en anglais), ce qui correspond à 48 nanogrammes de PFOS par litre d'eau. Les poissons analysés ont été pêchés à travers tous les États-Unis.

Les poêles antiadhésives en Téflon libèrent des millions de microplastiques quand on cuisine

Les scientifiques ont calculé que la concentration médiane de PFAS, la famille de composés chimiques qui comprend les PFOS, est 280 fois supérieure dans les poissons d'eau douce que dans les autres vendus dans les commerces américains. « Les personnes qui consomment du poisson d'eau douce, surtout celles qui mangent leur prise régulièrement, sont à risque d'avoir des quantités alarmantes de PFAS dans leur organisme », a déclaré David Andrews, scientifique au EWG et auteur principal de l'étude parue dans Environmental Research. Les PFAS sont omniprésents dans la nature et suspectés de présenter des effets néfastes sur la santé, notamment sur le système immunitaire.

> Lire la suite sur Futura