"Manger français, ça a un prix" : le ministre de l'Agriculture estime que "pour l'instant", il n'y a pas lieu d'encadrer les prix

franceinfo


Interrogé sur l'augmentation des prix des fruits et légumes, Didier Guillaume estime mercredi 20 mai que "globalement" les producteurs "ont plutôt pas trop mal gagné leur vie". "Ce qu'il faut regarder, c'est la comparaison avec les produits étrangers. Une étude du cabinet indépendant Nielsen indique que dans le mois dernier, les produits avaient augmenté de 0,01%", rapporte le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, imputant l'impression d'augmentation au fait que les Français avaient rempli de plus gros charriots en raison du confinement.

Didier Guillaume encourage à manger français pour soutenir le secteur, même si "manger français, ça a un prix".


Il faut faire le choix du patriotisme alimentaire et du patriotisme agricole.

Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation

à franceinfo

"Manger des fraises françaises du Ventoux, ce n'est pas le même prix que manger des fraises espagnoles. Par contre, ce n'est pas le même goût non plus et je pense qu'il faut s'habituer à manger du beau, à manger du bon", note Didier Guillaume. "Les choses sont très simples, dit le ministre. Soit on veut continuer à manger du poulet aux hormones ou au chlore du Brésil ou d'Ukraine, soit on veut continuer à manger du concombre danois (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi