Mandats d'arrêt contre trois responsables syriens : le frère et oncle des deux victimes d'exactions salue "une première victoire"

franceinfo
Obeida Dabbagh réagit sur franceinfo mardi 6 novembre à l'annonce de l'émission, par la justice française, de mandats d'arrêt contre les trois hauts responsables syriens soupçonnés d'être impliqués dans des exactions sur son frère et son neveu, portés disparus depuis leur arrestation en novembre 2013.

"Je considère cela comme une première victoire", a réagi mardi 6 novembre sur franceinfo Obeida Dabbagh, le frère et oncle de deux citoyens franco-syriens portés disparus depuis leur arrestation en novembre 2013 par les services du régime de Bachar al-Assad, au lendemain de l'annonce de l'émission, par la justice française, de mandats d'arrêt contre trois hauts responsables syriens soupçonnés d'être impliqués dans ces exactions.

Tortures, disparitions forcées, crimes contre l'humanité

L'ex-chef de la direction des renseignements généraux syriens, devenu directeur du bureau de la sécurité nationale et deux responsables du service de renseignement de l'armée de l'air sont visés par ces mandats d'arrêt décernés pour "complicité d'actes de tortures, complicité de disparitions forcées, complicité de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre et de délits de guerre", a appris franceinfo de source judiciaire lundi, confirmant une information du journal Le Monde.

Les actes de décès des deux victimes, Mazen Dabbagh, employé du lycée français de Damas, et de son fils, figurent depuis le mois d'août 2018 parmi ceux publiés par le régime syrien, a précisé cette source judiciaire, qui indique aussi que la maison des deux hommes à Damas a été "réquisitionnée par des membres des services liés à leur arrestation".

C'est très important, le fait (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi