Le procureur de la CPI demande un mandat d'arrêt contre Netanyahu pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité à Gaza

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a déclaré lundi 20 mai avoir demandé un mandat d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu pour des crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés commis dans la bande de Gaza. Le ministre de la Défense d’Israël, Yoav Gallant, ainsi que trois dirigeants du Hamas sont également dans le viseur de la CPI. Israël dénonce le « déshonneur historique » de la CPI.

« Sur la base des éléments de preuve recueillis et examinés par mon bureau, j'ai des motifs raisonnables de croire que Benyamin Netanyahu, le Premier ministre d'Israël, et Yoav Gallant, le ministre de la Défense d'Israël, portent la responsabilité pénale de crimes de guerre et crimes contre humanité commis sur le territoire de l'État de Palestine (dans la bande de Gaza) à partir du 8 octobre 2023 au moins », a déclaré dans un communiqué la CPI, qui siège à La Haye.

Parmi les crimes présumés reprochés, il liste le fait « d'affamer délibérément des civils comme méthode de guerre », « de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile » ou encore « l'homicide intentionnel ». Les juges indépendants de la CPI devront déterminer si les conditions sont réunies pour délivrer des mandats d'arrêt, précise Karim Khan.

Pour le moment, ces mandats d'arrêt sont au stade de la simple requête. C'est une première étape. Ils n'ont aucune valeur tant qu'ils n'ont pas franchi la seconde étape, essentielle, à savoir être officiellement émis par la CPI, rappelle par ailleurs Me Yaakov Garson.


Lire la suite sur RFI