Manche : sauvetage de 126 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre

·1 min de lecture

Ces migrants tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord d'embarcations de fortune, a indiqué la préfecture maritime. Depuis la fin 2018, les traversées illégales de la Manche par des migrants se multiplient.

Cent vingt-six migrants, dont plusieurs femmes et enfants, ont été secourus en mer dans le détroit du Pas-de-Calais vendredi alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord d'embarcations de fortune, a indiqué samedi la préfecture maritime.

Une première embarcation, signalée en difficulté au large de Dunkerque, transportait 43 personnes, dont six femmes, deux enfants et deux bébés, selon un communiqué de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord (Premar). Ils ont été récupérés par un patrouilleur de la Marine nationale, et pris en charge par les pompiers, l'un d'eux se trouvant en hypothermie, avant d'être confiés à la police aux frontières (PAF).

Quarante migrants ont également été secourus dans le chenal de Calais, et récupérés par un remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage. Ce même remorqueur a enfin secouru 43 autres naufragés, en difficulté au large de Dunkerque. Ils avaient eux-mêmes appelé les secours pour "demander assistance", précise la Premar. Tous ont été ramenés au port de Dunkerque et confiés à la PAF.

Les traversées illégales se multiplient

Depuis la fin 2018, les traversées illégales de la Manche par des migrants cherchant à gagner le Royaume-Uni se multiplient malgré les mises en garde répétées des autorités qui soulignent le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la basse température de l'eau.

Selon le préfet maritime Philippe Dutrieux, quelque 15.400 migrants ont tenté la traversée entre le 1er janvi...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles