Manche: un homme mis en examen après le meurtre d'un jeune homme de 29 ans à l'arme blanche

Une voiture de police (photo d'illustration) - CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Une voiture de police (photo d'illustration) - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Un homme d'une vingtaine d'années, mis en cause après la mort à l'arme blanche d'un jeune homme de 29 ans dans une commune de la Manche, a été mis en examen pour meurtre et incarcéré, a-t-on appris dimanche de source judiciaire. Le mis en cause fait partie des trois hommes qui avaient été placés en garde à vue après la mort du jeune homme qui était décédé dans la nuit de vendredi à samedi à Saint-Hilaire-du-Harcouët près d'Avranches.

"Il encourt une peine de 30 années de réclusion criminelle"

Le jeune homme de 29 ans était décédé après avoir été "victime d'un coup porté au thorax par arme blanche", avait indiqué samedi le procureur de la République Mickaël Giraudet.

"Interrogés sur les faits qualifiés de meurtre et de complicité de meurtre", les trois hommes ont été déferrés dimanche au parquet de Coutances.

Ils ont été présentés à une juge d'instruction, et "l'un d'entre eux, ayant reconnu avoir porté le coup mortel, a été mis en examen du chef de meurtre puis a été provisoirement incarcéré", a précisé le procureur.

"Il encourt une peine de 30 années de réclusion criminelle", a rappelé Mickaël Giraudet. "Les deux autres ont été mis en examen des chefs de dissimulation de preuves et de non assistance à personne en péril", et placés sous contrôle judiciaire. "Ils encourent une peine de 5 années d'emprisonnement", a indiqué Mickaël Giraudet.

Hormis les trois mis en cause, "deux autres occupantes du véhicule, 20 ans pour l'une et mineure s'agissant de l'autre, ont été entendues en qualité de témoins", a indiqué le procureur.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles