Manche : les gardes du littoral tentent de protéger la biodiversité des dunes de La Hague

Les gardes du littoral de La Hague, dans la Manche, tentent de protéger le massif de Biville. Pour mener à bien cette mission, des animaux y ont été introduits il y a quelques années. Trois vaches et une douzaine de chèvres vivent dans les dunes pour jouer le rôle de tondeuse naturelle. "Ici, on les utilise pour manger les repousses de pin, ce n’est pas une espèce locale, c’est une espèce exotique qui a été introduite au tout début du XXe siècle, les pins maritimes des dunes de La Hague ont été plantés, et c’est devenu invasif", explique Sébastien Houiller, garde du littoral. Une biodiversité très riche Les épines de ces pins acidifient les sols et menacent à terme un écosystème de plusieurs centaines d’années. Un phénomène que ces gardes tentent de limiter. Un nouvel enclos a été installé là où l’embroussaillement menace des espèces végétales locales ; il y en a 350 répertoriées dans les dunes. Après avoir utilisé ces dunes comme un terrain d’entraînement militaire jusqu’en 2013, l’armée a restitué 300 hectares d’espace vierge. La présence militaire aura paradoxalement servi à sanctuariser et protéger ces dunes, parmi les plus belles du littoral français.