Manœuvres. Le régime militaire birman libère le moine ultranationaliste Wirathu

·2 min de lecture

Le régime militaire birman a libéré le moine ultranationaliste Ashin Wirathu, connu pour sa proximité avec l’armée et sa rhétorique antimusulmane, qu’il justifie par la protection du bouddhisme birman.

Libre ! Le moine ultranationaliste Ashin Wirathu, connu pour ses diatribes antimusulmanes, a été libéré et les poursuites contre lui ont été levées par le régime militaire birman. Le site internet Myanmar Now rappelle que Wirathu s’était rendu de lui-même à la police en novembre dernier après plusieurs mois de cavale. Il était poursuivi pour sédition, à la suite de discours dans lesquels il avait attaqué l’ancienne chef de l’État de fait, Aung San Suu Kyi.

Depuis, la donne politique a radicalement changé avec le renversement, le 1er février dernier par l’armée du gouvernement élu, d’Aung San Suu Kyi.

Selon un soutien du moine qui souhaite rester anonyme, les éléments à charge contre Wirathu ont été levés, et il lui aurait été interdit de s’exprimer dans les médias.

À lire aussi: Documentaire. “Le Vénérable W” : Barbet Schroeder scrute le doux visage de la haine

En 2019, Wirathu avait appelé ses supporters à “chérir l’armée comme si elle incarnait Bouddha”. Des groupes nationalistes demandaient sa libération depuis la prise de pouvoir par les militaires. Le moine avait contracté le Covid-19 en détention dans la prison d’Insein, dans la capitale économique, Rangoon, mais il serait guéri depuis le mois dernier.

Myanmar Now rappelle que, depuis le 1er février dernier, l’armée a libéré de nombreux détenus, notamment un autre extrémiste bouddhiste. Des prisonniers de droit commun ont également été libérés, ainsi que des proches du régime.

“Visage du terrorisme bouddhiste”

En parallèle, plusieurs milliers d’opposants au coup d’État ont été emprisonnés, selon

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles