Mamoru Hosoda (Miraï, ma petite soeur sur Arte) : "Ce film m'a été inspiré par mes propres enfants !"

·1 min de lecture

Ce soir sur Arte est diffusé le magnifique film d'animation japonais Miraï, ma petite soeur. L'histoire de Kun, un garçon de quatre ans, qui vit une enfance heureuse avec ses parents et son chien Yukko. Mais l'arrivée d'une petite sœur, prénommée Miraï, bouleverse soudain son quotidien... Kun devient terriblement jaloux car ses parents concentrent toute leur attention sur elle. Entre réalisme et fantastique, ce film délicat, tendre, sur l’enfance et la transmission est signé Mamoru Hosoda, l’un des maîtres de l’animation nippone (Les enfants loups Ame et Yuki, Le Garçon et la Bête). Durant l'édition 2018 du Festival international du film d'animation d'Annecy, nous avons pu rencontrer ce réalisateur, déjà annoncé comme étant le digne successeur d'un certain Hayao Miyazaki.

Comment est né ce film ?

C'est l'arrivée de mon second enfant, une petite fille qui m'a donné l'idée de ce film. Lorsqu'elle est née, mon fils aîné a très mal réagi. Il a senti que tout l'amour qu'il avait auparavant de ses parents lui avait été volé. J'ai trouvé cette réaction très attachante. Le temps que je passe avec mes enfants est extrêmement inspirant et ce temps précieux me ramène aussi à ma propre enfance. Evidemment, ils m'inspirent énormément tous les deux.

Comme beaucoup de vos précédents films, il est encore ici question de famille et de liens familiaux. Pourquoi cette thématique vous inspire autant ?

La famille est ce qu'il y a de plus important au monde. C'est quelque chose que l'on a tous en nous. (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

La réponse de Jean Dujardin aux attaques sur OSS 117, alerte rouge en Afrique noire : "de la mauvaise foi"
Malasaña 32 : c'est quoi ce nouveau film d'horreur espagnol ?
Liam Neeson (Ice Road) : son héros d'action préféré, le film qui l'a terrorisé… La star évoque ses souvenirs de cinéma (VIDEO)
Qu'est-ce qu'on a tous fait au bon Dieu, Eiffel... Les dates de sortie des films décalés à cause de la crise sanitaire
Soufiane Guerrab (Lupin) : la manière insolite dont sa carrière a commencé !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles