Les mammifères n'étaient pas petits à cause des dinosaures

·1 min de lecture

Entre -240 et -66 millions d'années, les dinosaures régnaient sur cette terre. Les ancêtres des mammifères modernes se faisaient discrets. Tout petits. Sous l'œil et la dent des dinosaures, ils ne disposaient pas d'une grande marge de manœuvre pour se développer. Jusqu'à ce que, un astéroïde aidant, ils aient enfin la possibilité de se diversifier – le nombre d'espèces, dont des espèces spécialisées, a explosé. En tout cas, c'est ce que les scientifiques pensaient. Publiée dans Current Biology, une nouvelle étude rebat les cartes : les concurrents des mammifères n'auraient pas été les dinosaures, mais d'autres mammifères.

Aujourd'hui, les mammifères sont répartis entre le groupe des protothériens et celui des thériens. C'est à ce dernier que se sont intéressés les chercheurs. Par de nouvelles méthodes d'analyse statistique, ils ont estimé les contraintes subies par les mammifères avant et après l'extinction des dinosaures. Pour observer si la disparition de ces reptiles a bel et bien levé ce qui réprimait l'évolution des mammifères. Mais les scientifiques n'ont pas remarqué une telle corrélation.

Représentation d'artiste du grand Gobiconodon de Mongolie. © Corbin Rainbolt
Représentation d'artiste du grand Gobiconodon de Mongolie. © Corbin Rainbolt

Les mammifères sont morts ! Vive les mammifères !

Ils ont, toutefois, noté que les ancêtres des thériens modernes étaient plus entravés dans leur évolution que d'autres groupes de mammifères. Ceux-ci étaient plus grands, avaient des régimes alimentaires plus spécifiques et des modes de vie diversifiés : ils n'étaient pas relégués à faire ce qu'ils pouvaient avec ce qu'il restait. Contrairement à nos ancêtres. « Ce résultat n'a aucun sens si vous supposez que ce sont les dinosaures qui contraignaient les thériens », avance Neil Brocklehurst, l'un des auteurs. À ses yeux, « il n'y a aucune raison pour que les dinosaures rivalisent sélectivement avec ces mammifères [thériens, ndlr] et permettent à d'autres [mammifères, ndlr] de prospérer ». Les thériens auraient plutôt été retenus par ces « autres »...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura