Les Mamans du Congo : « On chante pour donner du courage aux femmes »

Par Eva Sauphie
·1 min de lecture
Dirigé par la chanteuse et percussionniste charismatique Gladys Samba, le groupe féminin Les Mamans du Congo voit le jour en 2018 à Brazzaville.
Dirigé par la chanteuse et percussionniste charismatique Gladys Samba, le groupe féminin Les Mamans du Congo voit le jour en 2018 à Brazzaville.

Coups de fourchette, frappes de pilon, tintement d'assiettes? L'univers sonore des Mamans du Congo est posé. Et la métaphore, filée. Si la femme doit être assignée à la cuisine, elle fera de ses ustensiles des armes de résistance. C'est donc à l'aide d'instruments ménagers et autres matériels de récupération que les cinq membres du groupe rythment leurs berceuses bantu insufflées en lari. « Nous répétons souvent nos morceaux au bord de la rivière Djoué, à Brazzaville, là où les mamans se rendent pour laver leur linge et faire la vaisselle, glisse Gladys Samba, leadeuse de cette formation née en 2018 à l'initiative de l'Institut français du Congo. C'est devenu une habitude pour elles de nous accompagner. Nous chantons pour leur donner force et courage dans leur labeur », revendique celle qui n'a jamais chômé.

Recueillie par sa tante à la mort de son père, Gladys Samba a commencé à travailler dans les champs de manioc de son village dès son plus jeune âge. De retour à Brazzaville, elle intègre une école technique et décroche un diplôme en secrétariat. La guerre éclate, et la voilà de nouveau dans son village à s'atteler à la préparation de fufus. « Il fallait que je travaille, je ne pouvais pas baisser les bras », se souvient celle qui finira par décrocher le concours des Beaux-Arts de Brazzaville et à enseigner l'art plastique au CEG Angola libre.

Lire aussi Ndèye Fatou Kane : « L'Afrique a compté des féministes avant l'heure »

C'est cette résilience que Glady [...] Lire la suite