Maman, papa, le monde du travail que vous avez connu vous a rendu malade, nous n'en voulons plus

Alice Bodineau
Ready to work! Young business team holds laptops and tablets in their hands in preparation for the beginning of a busy day. Business concept - partnership, unity, friendship.

Je vous épargne le topo métro-CDI-dodo que Julia décrit très bien dans son article (que je vous invite fortement à lire d’abord si ce n’est pas déjà fait, il est toujours d’actualité). Si aujourd’hui je viens vous parler, c’est parce que j’aimerais compléter cette réflexion.

Le monde du travail que vous avez connu vous a rendu malade: burn-out, arthrose, mal de dos ou pire. Nous n’en voulons plus. Et à vrai dire, ce n’est pas seulement le monde du travail qui change, c’est le monde dans sa globalité. Nous sommes face à des enjeux sociaux et environnementaux immenses et cela impacte forcément (et fortement) nos vies.

L’avenir est plus que jamais incertain et bien que j’en ai été plutôt épargnée, la précarité, la pauvreté, les discriminations raciales ou sociales font déjà partie du décor. C’est dur, très dur, mais c’est comme ça. Rien ne me garantit que tout ira bien dans 10, 20 ou 30 ans: pas un CDI, ni même l’achat d’une maison. Voilà où nous en sommes.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr  et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

Des moments cruciaux nous attendent et tout ce que je souhaite c’est avoir su profiter du confort dont nous bénéficions aujourd’hui pour essayer autre chose. Et pour moi en profiter, c’est d’abord trouver du sens dans mon travail. A l’heure de l’infobésité, c’est une question de survie. Nous croulons sous des milliards d’informations chaque jour, plus sinistres les unes que les autres. Même quand nous ne voulons pas (plus) les voir, elles sont toujours là, en arrière-plan, dans nos angles morts...

Comment exercer un métier vide de sens alors que tout s’écroule autour de nous, sans devenir fou?

Ce que nous faisons alors, je crois, c’est d’abord choisir nos vies pour ne pas les subir.

Alors plutôt que de ruminer sur notre sort, on s’adapte. Quand on le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post