Maltraitances familiales : deux ans de prison avec sursis requis contre un couple «dépassé»

© LOIC VENANCE / AFP

Un couple "dépassé", violent au quotidien, mais voulant garder ses enfants : le parquet a requis mardi deux ans de prison avec sursis probatoire à l'encontre de deux quadragénaires de Noyelles-sous-Lens (Pas de Calais), jugés pour des années de maltraitances sur les huit plus jeunes d'une fratrie de dix . La procureure adjointe, Virginie Valton, a demandé à la cour d'assortir cette peine, avec sursis probatoire de deux ans, d'une obligation de soins, de justification d'une activité professionnelle, et de l'interdiction, "dans l'immédiat", d'entrer en contact avec les victimes.

Le délibéré sera rendu le 9 février. "Je ne contesterai pas (...) le droit pour ces enfants de dire que pour eux, c'était la maison de l'horreur", a lancé la magistrate, reprenant un qualificatif utilisé par certains médias. Mais les parents n'étaient pas "des sadiques". "On est dans l'entre deux", "dans de la violence quotidienne, banalisée", a-t-elle dit. "On s'est sentis dépassés, fatigués", a tenté d'expliquer la mère, Christine B., 40 ans, visage émacié sous ses longs cheveux blonds, se décrivant "épuisée physiquement et mentalement.

"Surtout que nos enfants sachent qu'on les aime", a t-elle dit à la fin de l'audience. Avec son époux Marc R., elle comparaissait libre pour "violences par ascendant" sur mineurs de moins de 15 ans, sans ITT (incapacité totale de travail), et "soustraction par un parent à ses obligations légales". "C'était un calvaire, par moments", renchérit son conjoint, un réparate...


Lire la suite sur Europe1