La maltraitance des enfants a explosé pendant le confinement

Avec le confinement, on redoutait l'accroissement des mauvais traitements infligés aux plus jeunes au sein des foyers. "Ces huis clos ont eu des conséquences dévastatrices pour ces enfants maltraités", explique notre journaliste Sophie Gauthier en plateau. Plus 35% de signalements pendant le confinement, et 46% d'interventions policières en hausse également. Un plan de lutte contre la violence faite aux enfants existe bien, mais seulement depuis 2017 et les associations ont pointé du doigt l'inefficacité du système de protection de l'enfance, avec trop peu d'enfants placés à la suite des signalements. Des conséquences graves à long terme La maltraitance laisse pourtant des traces. "Selon le conseil national de l'enfance, un enfant sur trois souffre de troubles de développement psychomoteurs, comme le syndrome dépressif chez 14 % des nourrissons et jusqu'à 25 % chez les 14-15 ans", détaille Sophie Gauthier. Des syndromes qui sont parfois plus dramatiques. Chaque année en France, 72 enfants meurent sous les coups de leurs parents, soit un enfant tous les cinq jours. Face à cela, un seul numéro : le 119, "Allo enfance en danger".