Maltraitance animale : "Des mesures attendues mais une loi très très insuffisante"

·1 min de lecture

Le Parlement a adopté jeudi une proposition de loi de la majorité présidentielle visant à "lutter contre la maltraitance animale". La loi prévoit l'interdiction progressive des animaux sauvages dans les cirques, la fin de la vente de chiots et chatons en animalerie et des peines durcies pour sévices ou abandon. Invitée sur Europe Matin vendredi, Hélène Thouy, présidente du Parti animaliste et candidate à l’élection présidentielle a estimé que même si ce texte représente une avancée, il n'est pas encore suffisant. Elle a détaillé ses ambitions pour l'élection présidentielle.

"Cette loi apporte des mesures attendues par les citoyens depuis un moment mais elle est très très insuffisante au regard du sort des animaux", a-t-elle affirmé.

Elle a estimé que sa candidature à la présidentielle avait encore du sens. "Malheureusement les animaux dans leur immense partie sont encore maltraités et subissent des traitements effroyables. 80% d'entre eux vivent enfermés dans des bâtiments ou dans des cages à peine plus grandes qu'une page A4 pour les poules et 3 millions d'animaux terrestres sont tués chaque jour dans les abattoirs dans les conditions que l'on sait en France", a-t-elle rappelé.

>> Plus d'informations à suivre 


Retrouvez cet article sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles