Malika Ménard : pourquoi, enfant, elle voulait être un garçon ?

·1 min de lecture

Une blessure longtemps dissimulée. L’automne dernier, Malika Ménard publiait un livre intitulé #Fuck les complexes (Ed. Amphora), lors duquel elle se confiait sur son rapport conflictuel à son corps. Une manière pour elle de tourner le dos au passé et de prendre confiance en elle. Mais pour se libérer totalement, elle ne pouvait pas faire l’impasse sur son traumatisme d’enfance. Pour la première fois, elle a donc révélé publiquement avoir été victime de « gestes déplacés » de la part d’un adulte quand elle était enfant. Une agression sexuelle qui s’est déroulée chez sa nourrice, par le fils de celle-ci âgé de 30 ans, et alors qu’elle n’en avait que cinq. Un épisode évidemment traumatisant pour Miss France 2010. « A l'époque, on ne comprend pas ce qu’il se passe. Tu sais que ce qui est en train de se passer, ça ne te plait pas, ce n’est pas normal, mais tu ne sais pas ce que c’est », a-t-elle expliqué ce jeudi 4 février au cours d’un entretien accordé à France TV Slash. Une chose était néanmoins certaine dans l’esprit de cette fillette : « Si je n’avais pas été une fille à ce moment-là, j’aurais été moins vulnérable et je n’aurais pas été sujette à ce genre d’événement », estime-t-elle.

Ce terrible drame a donc eu un impact immédiat sur Malika Ménard qui rejetait ce corps féminin. « Je m’étais coupée les cheveux super courts. Et je m’habillais comme un garçon », se remémore-t-elle, et de dévoiler dans un sourire : « A l’école, je ne pouvais pas changer de prénom, mais si on partait (...)

Lire la suite sur le site de Voici

« Ça allait devenir l’émeute » : pourquoi Michel Cymes n'a pas tout dit au début de la pandémie ?
PHOTO Mathilde Tantot : en nu intégral sur Instagram, elle fait exploser les compteurs
Pierre Lescure : sa fille Anna révèle avoir été agressée sexuellement il y a un an
François Hollande s'en prend à l'un de ses anciens ministres en le liant à Olivier Duhamel
Ingrid Chauvin séparée de Thierry Peythieu : elle brise enfin le silence