Mali: violents combats contre le groupe jihadiste EIGS à Anderamboukane

La branche sahélienne du groupe État islamique est à l’offensive depuis début mars autour de la localité d’Anderamboukane, région de Ménaka, dans le nord-est du pays. Deux groupes armés signataires de l’accord de paix, le MSA et le Gatia, combattaient seuls depuis trois mois. Mais ce week-end, l’armée malienne s’est finalement jointe à eux pour reprendre samedi – et reperdre dimanche – le contrôle d’Anderamboukane.

Les combats ont duré plusieurs heures ce dimanche, à Anderamboukane et à Tadjalalt, une vingtaine de kilomètres plus à l’ouest, une base de l’EIGS. Il y a eu plusieurs séquences de combat, des embuscades, au terme desquelles le MSA, le Gatia et les Fama se sont finalement repliés. Aucun bilan fiable et recoupé n’est disponible, mais les différentes sources militaires et sécuritaires parlent de plusieurs dizaines de morts et de disparus des deux côtés. Le MSA et le Gatia indiquent que des blessés ont été évacués et pris en charge dans la ville de Ménaka.

Il y a une dizaine de jours, les jihadistes de l’EIGS avaient mené une nouvelle série d’attaques, mobilisant plusieurs centaines de combattants. Ces attaques avaient vidé de leur population plusieurs communes de la région de Ménaka. Anderamboukane, environ 20 000 habitants en temps normal, avait subi d’importantes destructions et la totalité de sa population avait dû fuir.

L’armée malienne, depuis trois mois, laissait le MSA et le Gatia combattre seuls pour défendre les habitants et le territoire. Les Fama sont donc finalement engagés, depuis samedi, sur ce théâtre. Sollicitée par RFI, l’armée malienne n’a pas donné suite. Selon plusieurs sources militaires et sécuritaires, les supplétifs russes des Fama ne seraient, pour le moment en tout cas, pas présents.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles