Du Mali, Sophie Pétronin répond aux polémiques sur son retour sur place

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
De retour au Mali, Sophie Pétronin s'est exprimée pour balayer la polémique née autour de sa foi en l'islam (photo d'archive prise en octobre 2020 à l'occasion de la libération de l'ancienne otage). (Photo: Paul Logerie / Reuters)
De retour au Mali, Sophie Pétronin s'est exprimée pour balayer la polémique née autour de sa foi en l'islam (photo d'archive prise en octobre 2020 à l'occasion de la libération de l'ancienne otage). (Photo: Paul Logerie / Reuters)

SAHEL - “Là où je suis, je suis en sécurité: bien gardée, bien protégée, bien nourrie.” Une dizaine de jours après l’annonce de son discret retour au Mali, survenu un an après sa libération au terme de quatre ans de captivité aux mains de jihadistes, Sophie Pétronin a pris la parole pour la première fois. Et elle réagit à la polémique déclenchée par ses actions des derniers mois.

Au micro de BFMTV, la septuagénaire revient notamment sur le fait qu’elle croit en l’islam, une dimension très largement commentée depuis son retour au Mali. “C’est quoi le problème de ma conversion?”, demande-t-elle ce jeudi 11 novembre sur la chaîne d’information.

Et d’expliquer -pour répondre aux rumeurs- qu’elle n’a “jamais été convertie” (dans le cadre de sa détention). Sophie Pétronin raconte ainsi que “depuis la naissance de sa fille” (adoptive, NDLR) en 2002, elle a commencé à apprendre l’islam et que cela lui a notamment été utile durant sa captivité pour communiquer et se faire respecter de ses geôliers.

Comme l’avait déjà fait son fils, Sébastien Chadaud-Pétronin, la travailleuse humanitaire a par ailleurs assuré qu’elle ne prenait aucun risque sur place depuis son retour au Mali. “Je mange bien, je bois bien, je dors bien. J’ai pas de problème”, a-t-elle poursuivi.

Son fils a quant à lui précisé les déclarations de sa mère, déplorant des “amalgames” inintelligibles pour sa famille. “La situation à Bamako n’est pas celle du nord-Mali”, a-t-il par exemple déclaré pour justifier la décision de sa mère de revenir dans le pays pour être auprès de sa fille adoptive. “Elle est dans un endroit très calme, discret, avec tout un protocole de sécurité”, a ajouté Sébastien Chadaud-Pétronin, en répétant que sa mère vit actuellement “cachée” pour éviter d’être victime d’actes de “malveillance”.

“Les autorités françaises ont été anxieuses de son retour au Mali, et je suis assez d’accord avec elles”, a-t-il aussi déclaré, toujours sur BFMTV. Une inquiétude “compréhensible” pour le fils de Sophie Pétronin, eut égard au passé d’ex-otage de sa mère. Pour autant, l’homme comprend la décision de sa mère de retourner dans le pays de sa captivité: “Elle a le droit de finir ses jours tranquillement là où elle a envie d’être.”

À voir également sur le HuffPost: De retour au Mali, Sophie Pétronin critiquée par une partie de la classe politique

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles