Mali: que signifie l'arrestation de Boubacar Traoré, proche du Premier ministre Choguel Maïga?

Au Mali, un proche collaborateur du Premier ministre de transition Choguel Maïga a été arrêté le 27 mai 2024 par la Sécurité d'État, les services de renseignement. L'information a été révélée par le journaliste malien en exil Malick Konaté et confirmée à RFI de source sécuritaire malienne. Boubacar Karamoko Traoré est chargé de mission à la Primature. Il dirige aussi la frange du mouvement politique M5-RFP restée fidèle au Premier ministre de transition. Les agents de la sécurité d'État l'ont interpelé lundi dans son bureau de la Primature. Il venait de diffuser un « mémorandum » en forme de virulente diatribe contre les militaires au pouvoir.

Ce sont les attaques contre le régime contenues dans ce texte qui intéressent les enquêteurs de la Sécurité d'État qui cherchent également, de source sécuritaire malienne, à savoir si Boubacar Karamoko Traoré en est réellement le seul auteur et donc, en clair, à mesurer l'éventuelle part de responsabilité du Premier ministre de transition, Choguel Maïga lui-même, dans ce pamphlet.

Boubacar Karamoko Traoré, qui a signé le texte, dénonçait entre autres l'évincement des membres du M5 de l'équipe gouvernementale, ou encore le fait que Choguel Maïga n'aurait pas été associé à certaines décisions majeures, sur la crise énergétique, le referendum constitutionnel, l'Alliance des États du Sahel ou encore – et c'est un sujet sensible – la prolongation de la période de transition. Autant de dossiers pourtant publiquement soutenus, jusqu'ici, par celui qui demeure Premier ministre de transition.

Ces dernières années, beaucoup ont été condamnés pour atteinte au crédit ou à la sécurité de l'État pour moins que ça.


Lire la suite sur RFI