Mali: un rapport de la FIDH évoque une «accélération des violations» des droits humains en 2022

GettyImages

La Fédération internationale des droits humains (FIDH) sur le Mali présente une enquête intitulée « dans le centre du Mali, bourreaux et victimes vivent ensemble », sur les violations et les crimes commis contre populations civiles entre juin 2018 et juin 2022. L’ONG parle d’une « accélération des violations graves des droits humains contre les civils depuis le début de l’année, notamment des violations sexuelles ».

Avec notre correspondant à Dakar, Charlotte Idrac

« L’année 2022 sera probablement la plus meurtrière du conflit au Mali depuis son déclenchement en 2012 ». C’est la première phrase de ce rapport de 80 pages. La FIDH a recueilli près d’une centaine de témoignages, notamment dans les zones de Ségou et Mopti. Des témoignages accablants qui visent toutes les parties au conflit ; groupes jihadistes, groupes d’autodéfense, les Forces armées maliennes (Fama) donc, forces de défense et de sécurité et leurs partenaires paramilitaires russes.

Exécutions sommaires, viols, arrestations arbitraires, pillages, ou encore mise en place d’un « centre de torture dirigé par le groupe Wagner » à Diabaly… Les populations civiles du centre du Mali « vivent un enfer » selon la FIDH. L’ONG dénonce une « milicianisation » et une « ethnicisation » du conflit. « Les communautés peules sont les premières cibles » des violations des droits humains, souligne le rapport.


Lire la suite sur RFI