Mali: le président du Sadi salue la justice qui a rejeté la demande de dissolution de son parti

Au Mali, le président de Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance (Sadi), actuellement en exil, a salué la décision ce 20 mai 2024 de débouter le gouvernement de transition d'une demande de dissolution de son parti. « Ça veut dire que pour la justice malienne, il y a encore de l'espoir », estime Oumar Mariko. Les autorités de transition estiment que le chef du parti Sadi a « porté atteinte aux institutions ».

Au Mali, le gouvernement de transition a été débouté dans sa demande de dissolution du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance (Sadi), ce 20 mai 2024. La décision des juges est intervenue ce lundi matin lors d’un délibéré qui s’est tenu au tribunal de la commune IV de Bamako.

Les autorités de transition estiment que le chef du parti Sadi a « porté atteinte aux institutions ». Elles ont trente jours pour faire appel. Le parti, qui revendique être à la tête d’une quinzaine de mairies et compter plus de 500 conseillers municipaux, pourra continuer d’exister.

À lire aussiMali : les autorités de transition veulent dissoudre le parti d'opposition Sadi


Lire la suite sur RFI