Mali: la population de plusieurs localités du centre décrète un blocus après l'enlèvement de plus de 110 civils

Une semaine après l’enlèvement de plus de 110 civils à bord de trois bus de transport en commun dans le centre du Mali par de présumés jihadistes des populations du centre du Mali ont décrété un blocus sur plusieurs axes routiers pour demander à l’État malien d’assurer davantage son rôle de garant de la sécurité des biens et des personnes.

Avec notre correspondant régional, Serge Daniel

Les présumés jihadistes ont intercepté les trois bus entre les localités de Bandiagara et de Bankass dans le centre du Mali. Ils ont contraint les chauffeurs à prendre la direction d’une forêt avec les plus de 110 passagers civils à bord.

Depuis, plus de nouvelles de ces personnes désormais considérées comme des otages. Au sein de la population locale, les esprits s’échauffent. Les jeunes de plusieurs localités du centre ont organisé des manifestations hostiles au gouvernement malien et bloqués des axes routiers. La situation est tendue.

Dans une déclaration rendue publique, plusieurs associations de la région de Bandiagara dénoncent « la dégradation de la situation sécuritaire sur place ». « La région de Bandiagara est plongée dans le doute, le cauchemar », lit-on dans la même déclaration qui évalue à plusieurs centaines le nombre total de civils kidnappés ces dernières semaines dans le centre du pays.


Lire la suite sur RFI