Mali : un patrimoine historique en péril face à la guerre

franceinfo Culture avec agences

Le Mali, fort d'un passé riche et de la présence de dizaines d'ethnies, cœur de plusieurs empires qui ont régné sur l'Afrique de l'Ouest, s'est construit sur son histoire. Les vestiges de cette histoire sont menacées par sept ans d'insurrections indépendantistes, salafistes et jihadistes et par des violences interethniques meurtrières.

L'un des personnages historiques du pays, Biton Mamary Coulibaly, qui régna sur le royaume bambara de Ségou, repose depuis le XVIIIe siècle dans un tombeau en bordure du fleuve Niger. Mais dans un Mali où les préoccupations sécuritaires relèguent la culture au second rang, sa tombe risque de "tomber dans l'oubli", avertit un de ses descendants.

À Tombouctou, grand centre intellectuel de l'islam, mythique carrefour du commerce saharien, les mausolées consacrés à ses 333 saints musulmans ont été partiellement détruits par les jihadistes puis reconstruits grâce à l'Unesco qui les a classés au patrimoine mondial de l'humanité. Parmi les autres trésors du Mali, il y a aussi la grande mosquée de Djenné, symbole de l'architecture sahélo-soudanaise.



Des trésors du patrimoine national inaccessibles

La tombe de Biton Mamary Coulibaly, tout comme la falaise de Bandiagara (centre), en pays dogon, et le tombeau des Askia, dans le Nord, situés en zone de conflit, sont aujourd'hui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi