Mali: dans le nord-est à Talataye, l’urgence est à l’évacuation des déplacés

Plusieurs milliers d’habitants de Talataye cherchent à rejoindre les grandes villes du nord du Mali. Ces déplacés ont fui les combats qui ont opposé, mardi 6 septembre, les jihadistes de l’EIGS, la branche sahélienne du groupe État islamique, et leurs rivaux du Jnim, liés à al-Qaïda. Les ressortissants de Talataye et les groupes armés locaux s’organisent pour venir en aide aux déplacés.

Talataye est aujourd’hui ravagée et complètement vidée de sa population. Les jihadistes de l’EIGS ont laissé derrière eux des bâtiments pillés, brûlés, et les cadavres de 42 civils. Ceux qui n’avaient pas eu le temps de fuir...

Selon de nombreuses sources locales – élus et ressortissants de Talataye, groupes armés, sources sécuritaires et humanitaires –, plusieurs milliers d’habitants de Talataye qui avaient fui les combats, le plus souvent à pied, attendent toujours qu’on leur vienne en aide. Ils végètent dans des campements de fortune, dispersés dans un rayon de 20 à 30 kilomètres autour de la ville.

« Les premiers jours, ils n’avaient rien à manger. Mais grâce aux cotisations et à la mobilisation de ressortissants et de personnes de bonne volonté, ils ont pu recevoir des vivres. Mais l’urgence, c’est de les sortir de là », explique un élu de Talataye.

« Tout le monde veut se mettre à l’abri »

Plus de 900 civils massacrés


Lire la suite sur RFI