Mali: L'armée a arrêté le président et le Premier ministre

·2 min de lecture
MALI: L'ARMÉE A ARRÊTÉ LE PRÉSIDENT ET LE PREMIER MINISTRE

par Paul Lorgerie et David Lewis

BAMAKO (Reuters) - Des membres de l'armée malienne ont arrêté lundi le président, le Premier ministre et le ministre de la Défense du gouvernement intérimaire du pays après un remaniement, accentuant le chaos politique dans le pays après le putsch militaire de l'an dernier, a appris Reuters de sources diplomatiques et gouvernementales.

Le président Bah Ndaw, le Premier ministre Moctar Ouane et le ministre de la Défense Souleymane Doucouré ont tous les trois été emmenés sur une base militaire à Kati, en dehors de la capitale Bamako, quelques heures après que deux membres de l'armée ont perdu leur place au sein du gouvernement lors du remaniement, ont dit les sources.

Ces arrestations surviennent après le putsch militaire d'août dernier lors duquel le président Ibrahim Boubacar Keita a été chassé du pouvoir et pourraient exacerber les tensions dans le pays d'Afrique de l'Ouest, où des groupes liés à Al Qaïda et à l'Etat islamique (EI) contrôlent de larges portions du nord désertique.

L'instabilité politique et les combats armés ont compliqué les efforts de puissances occidentales et de pays voisins en vue d'une sortie de crise, contribuant à alimenter l'insécurité dans la région.

Bah Ndaw et Moctar Ouane ont été chargés de superviser une transition de 18 mois vers un retour à un pouvoir civil, mais ils ont semble-t-il rejeté le contrôle de l'armée sur un certain nombre de portefeuilles clé.

"Le limogeage de piliers du putsch est une erreur de jugement majeure", a dit à Reuters un ancien représentant du gouvernement malien. "Ces actions sont sûrement destinées à leur permettre de retrouver leurs postes", a-t-il ajouté.

On ne connaît pas dans l'immédiat l'objectif précis de l'armée. Un membre de l'armée à Kati a déclaré qu'il ne s'agissait pas d'une arrestation.

"Ce qu'ils ont fait n'est pas bien", a déclaré une source en référence au remaniement. "Nous leur faisons savoir que des décisions vont être prises".

C'est à Kati, en août dernier, que l'armée avait emmené le président Ibrahim Boubacar Keita pour le contraindre à démissionner. Une mutinerie dans cette base militaire avait contribué à pousser son prédécesseur Amadou Toumani Touré vers la sortie en 2012.

(David Lewis et Paul Lorgerie; version française Gwénaëlle Barzic et Jean Terzian)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles