Mali : l'influent et virulent imam Mahmoud Dicko, lance son mouvement politique

franceinfo Afrique

L'imam Mahmoud Dicko, éminente figure religieuse au Mali, a dénoncé "la gouvernance catastrophique" du pays, en lançant le 7 septembre 2019 à Bamako un mouvement fortement soupçonné de servir les visées politiques prêtées à cette bête noire du pouvoir et tenant d'un islam rigoriste. Les débuts de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants (CMAS) de l'imam Dicko passent pour un défi lancé au président Ibrahim Boubacar Keïta, qui entame son mandat.

"Mon problème, c'est ceux qui ont trahi le peuple malien. C'est à eux que je m'adresse. Mon combat, c'est d'abord (contre) eux", a déclaré Mahmoud Dicko à la tribune du palais de la culture de Bamako où il a fustigé une "corruption à ciel ouvert et endémique" et une "gouvernance catastrophique".

Parler et négocier avec les jihadistes

L'influent prêcheur tient un discours de réconciliation le rangeant du côté de ceux qui condamnent les agissements des jihadistes, mais prônent un dialogue nécessaire avec eux. Le pouvoir malien lui s'y refuse, confronté qu'il est depuis 2012 aux insurrections touareg, salafistes, jihadistes et aux violences interethniques meurtrières.

"Je ne suis ni faiseur de rois, ni président, je veux faire la paix", a-t-il proclamé sous les ovations de plus de 3000 partisans dans un bâtiment, où avaient également pris place des personnalités de la majorité et de l'opposition, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi